En savoir plus
Date de dernière mise à jour : 03/08/2017

Oncogénétique et Médecine Prédictive : une volonté des Plans Cancers

La médecine prédictive a pour objectif d’estimer, avant tout signe de maladie, le risque de survenue d’un cancer chez une personne par la mise en évidence d’une prédisposition génétique, permettant alors la mise en place d’une prise en charge personnalisée. En effet, le résultat d’une recherche de mutation peut modifier le schéma thérapeutique et préventif de la personne atteinte de cancer (le cas index). Il a également une influence importante sur les apparentés indemnes pour lesquels une mutation a été identifiée. Il est alors proposé à ces derniers des mesures de prévention primaire (chirurgie prophylactique essentiellement) ou secondaire telles qu’un suivi à des fins de diagnostic précoce.

Les Plans Cancer

Dans le Plan Cancer 2014-2019

Action 6.1 : Faire évoluer le dispositif d’oncogénétique et améliorer son accès.

  • Améliorer le maillage territorial des consultations d’oncogénétique afin de développer des consultations de proximité et faciliter l’accès de tous à ce dispositif.
  • Remédier au déficit d’accès au dispositif d’oncogénétique pour les personnes prédisposées aux cancers digestifs (syndrome de Lynch en particulier).
  • Être en mesure d’implémenter dans le dispositif d’oncogénétique :
    • des tests génétiques recherchant de nouveaux gènes de prédisposition dès que leur utilité clinique est avérée ;
    • les avancées technologiques comme le séquençage de nouvelle génération en vérifiant qu’elles participent à une réduction des délais de rendu de résultats, notamment pour certains cancers pédiatriques ;
    • l’arrivée de traitements spécifiques pour les patients porteurs de mutations. L’exemple actuel est celui des inhibiteurs d’enzymes de réparation de l’ADN (inhibiteurs de PARP), utiles dans les cancers du sein et de l’ovaire pour les patientes porteuses de mutations BRCA1/2. La diffusion de ces traitements va nécessiter une adaptation du dispositif d’oncogénétique pour une plus grande réactivité et un rendu de résultat plus rapide.

Lire le Plan Cancer III

Dans le Plan Cancer 2009-2013 :

Action 14.3 Favoriser l’accès aux examens adaptés aux niveaux de risque.

  • Élaborer et diffuser des recommandations visant à améliorer les conditions de dépistage des personnes à risque élevé et très élevé et favoriser l’accès aux stratégies de dépistage adaptées et l’adhésion de la population concernée.
  • Informer sur les niveaux de risque et former les professionnels de santé à mieux orienter les personnes à risque élevé et très élevé en précisant notamment les modalités d’accès aux consultations d’oncogénétique (cancers du sein et colorectal).

Action 23.3 Suivre les personnes à risque génétique.

  • Renforcer les moyens du dispositif d’oncogénétique pour anticiper l’extension prévisible des consultations et des tests d’oncogénétique :
  • Elargir les critères de prescription des tests génétiques BRCA1/2 aux cancers de l’ovaire isolés ;
  • Appliquer les recommandations de prescription des tests génétiques pour les prédispositions au cancer colorectal ;
  • Renforcer les moyens des consultations et des laboratoires pour leur permettre de répondre à l’augmentation attendue de 50 % de leur activité dans les cinq ans (appels à projets DHOS/INCa pour le développement de l’activité d’oncogénétique) ;
  • Soutenir des expertises spécifiques en fonction de l’évolution des connaissances scientifiques sur l’implication de gènes dans la prédisposition héréditaire au cancer (MYH par exemple).
  • Renforcer l’information médicale auprès des patients et des médecins généralistes et spécialistes sur les données de prédisposition génétique (gastroentérologues, gynécologues et urologues en particulier).

Lire le Plan Cancer II

Méthodologie de la thématique

Qui sont les acteurs de la thématique Oncogénétique et Médecine Prédictive ? Comment et par qui les contenus sont-ils produits ?

Les contenus de la thématique Oncogénétique et Médecine Prédictive proviennent de deux principales sources :

  • des contenus existants, développés par le réseau, par l’INCa ou répertoriés par le comité de pilotage comme des sources fiables ;
  • des contenus produits spécifiquement pour la plateforme par les groupes de travail.

Dans le cas d’une production par le réseau, le travail d’élaboration fait l’objet de la mise en place d’un ou plusieurs groupes de travail pluriprofessionnels et pluridisciplinaires, réunissant ainsi des compétences et disciplines issues des établissements de la région adhérents au réseau mais également d’autres professionnels interrégionaux.

Chaque groupe de travail est encadré par un coordinateur, qui centralise l’ensemble des demandes, crée une dynamique de réflexion pour produire les contenus. Il intègre également un méthodologiste qui s’assure que le contenu respecte bien les exigences en matière d’objectifs et de conformité réglementaire.

Les documents produits font l’objet de validations plénières par des professionnels en lien avec les thématiques, pour une diffusion à large échelle sur la région.

Accéder à la liste des acteurs régionaux ayant contribué à l’élaboration de cette thématique.